Histoire du Leavitt Bulldog

 Voici ce que dit David Leavitt sur son travail de recréation.

 

 

En 1971, j'ai démarré mon projet de recréation du Bouledogue du 18ème siècle. J'étais déçu des Bouledogues Anglais à cause de leurs problèmes de reproduction et de leurs troubles respiratoires. J'ai découvert qu'ils ne ressemblaient pas à leurs ancêtres, qui étaient plus sains et moins typés. J'ai constaté que les combats contre les taureaux et la chasse à l’ours étaient très répandus pendant des centaines d'années. L’extrême cruauté des animaux était inhérente au sport de la chasse. Cette cruauté était inacceptable pour moi, mais j'ai été fasciné par la grande ténacité et le courage de ces chiens. J'ai été aussi attiré par le Bouledogue à cause de son apparence patibulaire. Un chien de protection moderne, qui semble vraiment impressionnant, repoussera un assaillant sans avoir à le mordre. C'est la fin la plus désirable à une confrontation. Ne pouvant pas trouver de source fiable pour l'ancien bulldog du 18ème siècle et je me suis lancé dans l'immense tâche de la re-création.

 

J'ai nommé la race Olde English Bulldogge.(appelée aujourd'hui Leavitt Bulldog pour la differenciée des autres chiens appelés OEB qui n'ont rien à voir avec le travail de David Leavitt)

 

La recherche a été difficile pour établir un standard. Je me suis appuyé sur des statues de cette période, des peintures, des dessins et tous les vieux livres importants sur ce chien. J'ai constaté que les tailles des Bouledogues divergent dans le temps en fonction du rôle que l’on voulait lui faire jouer. Comme toutes les vieilles races de travail, les Bouledogues n'ont pas été élevés sur un standard stricte. Leur corps, leur tête et leur tempérament, ont été façonnés par leur travail.

 

Je ne voulais pas du tempérament du Bouledogue original. Mes chiens doivent être très affectueux. Ils doivent avoir du courage et de la détermination, sans être excessivement agressifs. J'ai constaté que je ne pouvais pas compter sur les futurs acheteurs pour obtenir une bonne canalisation de leurs chiens. Pour éviter tous désagréments, j’ai travaillé sur le côté amical du chien et si quelqu'un veut que son chien soit agressif, il devra le former pour. Je préfère enseigner à un chien amical à mordre, que l’inverse.

 

J'utilise une méthode d’élevage développée pour le bétail par l'Université d'État de l'Ohio. Vous commencez par 3 chiens sans rapport, deux mâles et une femelle. Des chiots féminins du premier croisement sont élevés sur le deuxième mâle. A partir de là, les femelles sont couplées aux oncles de chaque génération. J'ai 2 sources différentes sans rapport l’une avec l’autre, donc à l'avenir l’apport de sang neuf sera possible. J'ai utilisé des races qui ont tous l’ancien type du Bouledogue dans leurs gênes. Le processus pour obtenir des chiens correspondant aux descriptions de l’époque est en réalité rapide.

 

En raison des races utilisées et d’une période de gestation courte des chiens, j'essaye de découvrir la génération suivante aussi rapidement que possible, d’y apporter un progrès génétique et obtenir des résultats cohérents. En 1995, J’étais déjà à la huitième et neuvième génération sur deux lignées.

 

Les césariennes ne sont plus nécessaires pour les femelles ainsi que l’insémination artificielle, ils ont été remplacés par des saillies naturelles. La durée de vie est de plus de onze ans. Tous les sujets reproducteurs ont des radiographies de la hanche. Aucun chien avec de mauvaises hanches n'est reproductible. Je réalise maintenant mon objectif de produire un Bouledogue en pleine santé et avec un tempérament pour servir ses maîtres et non l’inverse.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site